VIII – LA JUSTICE

Le septième arcane nous montrait comment atteindre l’équilibre, le huitième, le mécanisme de l’équilibre microcosmique et macrocosmique et le neuvième nous enseignera le voile de paix du développement spirituel équilibré propre à l’hermétisme pris comme la synthèse de la Mystique, de la Gnose, de la Magie et de la Science.

La Loi s’interpose entre la liberté de l’homme et la liberté de Dieu. Elle est assise entre les deux colonnes : Jakin – celle de la Volonté et Boas- celle de la Providence. Elle n’agit pas, elle ne fait que réagir. C’est pourquoi elle est représentée par une femme et non par un homme. La couronne qu’elle porte indique qu’elle tient sa dignité et sa mission d’en-haut. La Balance et le Glaive qu’elle porte, indiquent qu’elle maintient l’équilibre et comme elle compose avec les libertés individuelles.

C’est la Balance qui indique l’équilibre et le Glaive qui lui donne le pouvoir de la rétablir chaque fois que la volonté individuelle pêche contre la volonté universelle. L’idée la plus générale et la plus abstraite en philosophie, c’est l’absolu.

L’un des sens premier du commandement «Tu n’auras pas d’autres Dieux devant ma face», est qu’il ne faut pas substituer à la réalité spirituelle de Dieu, une abstraction intellectuelle. Mais concepts et idées abstraites peuvent devenir des icônes. Une icône n’est pas une fin spirituelle, mais donne une impulsion et une direction au commence de la voie de la connaissance de la réalité spirituelle.

C’est dans le domaine du Jugement que la réalité et la vérité de la Justice se manifestent, car prononcer un jugement, et ce peu importe à l’égard de quoi, est un acte ayant pour but de trouver la Justice.

Tout le monde juge en pesant le pour et le contre, mais juger est une chose et condamner en est un autre. Car celui qui condamne s’arroge une fonction dont il est incapable. Il ment en présentant comme vérité et justice, un jugement dépourvu de fondement. Il faut donc savoir ce que l’on sait et ce que l’on ignore lorsque l’on pose un jugement. Et on ignore toujours l’être nouménal d’autrui ou son âme. C’est pourquoi nul jugement humain ne porte sur l’âme.

La prière du maître crucifié Luc 23,24 «Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font» nous donne la formule du rôle de l’intuition, qui implique trois faits :

  1. Ce qu’ils font est, d’un point de vue phénoménal, criminel;
  2. Le Jugement est remis au Père;
  3. L’appel est fondé sur un plaidoyer : «Pardonnez-leur», fondé sur la certitude due à la perception intuitive qu’ils «ne savent pas ce qu’ils font.»

On peut donc dire que le processus de l’exercice de la justice humaine consiste dans l’effort total des trois facultés cognitives de l’être humain :

  1. Doxa – Former des hypothèses sur la base de données fournies par les sens;
  2. Dinoïa – Argumenter logiquement et apprécier les faits pour contrer cette hypothèse;
  3. Epistémé – Intuition.

Les trois colonnes de l’Arbre de Vie de Sephiroth :

  1. La Colonne de Miséricorde à droite
  • Hokmah – Sagesse
  • Hesed ou Gedoulah – Grâce et magnificence en ce qui a trait à la Majesté
  • Netzah – Victoire ou Triomphe
  1. La Colonne de la Rigueur à gauche
  • Binah – Intelligence
  • Gebourah ou Palad – Rigueur et Crainte
  • Hod – Gloire ou Honneur
  1. La Colonne médiane
  • Kether – Couronne
  • Tiphereth – Beauté
  • Yesod – Fondement
  • Malkauth – Royaume ou Règne

Dans le monde sephirotique, il y a donc un système de balance établi simultanément entre quatre messages : émanation, création, formation et action. Cette Balance rétablit l’équilibre aussi bien sur le plan vertical, qu’horizontal. L’œuvre droite / gauche de la Balance maintient l’équilibre entre la Grâce et la rigueur, entre les libertés individuelles et l’ordre universel par la Loi de la Justice.

La Balance de la Grâce a un plateau sur Terre et l’autre au Ciel. L’effort humain est nécessaire à l’opération de la Grâce. Il faut l’élection d’en-haut, la foi d’en-bas, poser des gestes, faire des efforts. Quiconque entre dans l’éternité sans une goutte d’amour entre dans l’enfer éternel. Cette Justice est qualitative et non quantitative. L’éternité est un état subjectif de l’âme, il n’est ni long ni bref. C’est une notion d’intensité qui dépasse les mesures d’intensité que nous empruntons au temps et à l’espace. L’enfer éternel est l’état de l’âme emprisonnée en elle-même sans espoir d’en sortir. Tous les suicides commis par des désespérés témoignent de la réalité de l’enfer éternel comme état d’âme. La félicité éternelle, le Ciel Éternel, est par contre, l’état de l’âme remplie d’espérance sans bornes.

Mais la Bonne Nouvelle de la victoire éternelle n’a pas été comprise par les Grecs qui cherchent la Sagesse et par les Juifs et leur Dieu Juge. Ce sont les Chrétiens seuls qui acceptent et comprennent la Folie de la Croix, l’œuvre d’Amour infini mené à terme par l’Amour lui-même. Pour eux, les moyens ne doivent pas seulement être sanctifiés par le but, mais leur être identique. Ils savent que l’amour ne sera jamais enseigné et appris par la rigueur et la crainte, mais doit saisir directement les cœurs par sa valeur, sa beauté et sa vérité.

L’unité dans l’espace (église) et l’unité dans le temps (Tradition) du Christianisme n’est due ni à la rigueur réaliste, ni à l’indulgence nominaliste, mais bien à la paix et à l’équilibre que l’amour réussit à maintenir. La même différence existe dans l’occultisme où la Magie sacré maintient l’équilibre entre la Magie cérémonielle et la philosophie.

Il y a trois sortes de savoir : savoir pour savoir, savoir pour mieux aimer son prochain et savoir pour mieux aimer Dieu. Le premier étant illégitime, vain, indiscret et téméraire et les derniers légitimes et même glorieux. Les vérités révélées du Salut est le champ de travail à accomplir pour la gloire de Dieu et pour l’utilité du prochain par tous ceux qui ne veulent pas cacher sur terre les talents que leur a remis le maître.

C’est grâce à la pratique des trois vœux sacrés que la science a fait des progrès véritables avançant dans le domaine de la profondeur, donc dans celui même de l’hermétisme. Il s’agit de la Loi de l’Évolution, de l’énergie pure (nucléaire) venant des tréfonds de la matière et de la conscience occulte.

Les grandes vérités de l’hermétisme ne sont pas scientifiques, elles n’ont pas de validité générale, mais seulement particulière.

Lorsque le for intérieur de la personnalité réunit Ora et Labora, c’est la pratique de la Balance de la Justice.

Toutes ces âmes de l’histoire spirituelle de l’humanité seront ressuscitées, pour rejoindre l’œuvre du Verbe fait chair, mort et ressuscité. Je suis venue afin que rien ne se perde et que tout ait la vie éternelle.

La Balance est la huitième force qui met en équilibre les sept forces du corps astral, elle opère dans la pesée et le Jugement au moyen de la Balance de la Justice dans le for intérieur de notre conscience. Elle est la huitième planète ou le facteur inconnu dont tant de choses dépendent dans l’interprétation d’un horoscope, c’est le facteur du libre arbitre «astra inclina, not necessittant», les astres inclinent mais ne contraignent pas.

Ce n’est pas le caractère qui est la source du jugement et du choix conscient, mais bien cette force qui est en nous qui pèse et juge au moyen de la Balance de la Justice. La liberté est un fait que l’on expériemente quand on juge non pas par son tempérament (corps éthérique) ou par son caractère (corps astral), mais bien par la Balance de la Justice, notre conscience propre.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s