XV – Le Diable

Si le quatorzième Arcane nous avait introduit dans le Mystère de la Larme et de La Tempérance de l’inspiration, le quinzième Arcane du Tarot nous introduira dans les secrets du Feu électrique et de l’ivresse de la contre-inspiration.

Il ne faut pas parvenir à l’intuition du mal, puisque l’intuition est identification, et identification est communion.

Ahriman et Lucifer (en encore Asoura) sont les deux principes du mal, subjectif et objectif, le principes séduisant et hypnotisant. L’Orient est sous la domination de Lucifer parce qu’il nie la matière; l’Occident est sous la domination d’Ahriman parce qu’il créé une civilisation matérielle est qu’il tend au matérialisme.

Il faut s’occuper du mal en gardant une certaine distance et une certaine mesure, si l’on veut éviter le risque de paralyser l’élan créateur et, plus grave encore, de fournir des armes aux méchants.

On ne peut saisir profondément, c’est-à-dire intuitivement, que ce qu’on aime. L’amour est l’élément vital de la connaissance profonde, de la connaissance intuitive. Or, on ne peut pas aimer le mal. Le mal est donc inconnaissable dans son essence. On ne peut le comprendre qu’à distance, en observateur de la phénoménologie. Le monde du mal est un monde chaotique. Ainsi du moins se présente-t-il à son observateur.

Il ne faut pas entrer dans cette jungle, on s’y égarerait; il faut l’observer du dehors. C’est pourquoi la méditation sur l’Arcane le Diable est un effort pour comprendre cet Arcane à distance au moyen de la méthode phénoménologique.

La Lame représente trois personnages. Celui du milieu est plus grand que les autres et il se tient debout sur un piédestal auquel sont attachés les deux autres.

La Lame ne suggère pas la métaphysique du Mal, mais une leçon éminemment pratique : comment il arrive que des êtres puissent forfaire leur liberté et devenir esclaves d’une entité monstrueuse qui les fait dégénérer en les rendant semblables à elle.

Le thème du XVe Arcane du Tarot est celui de la génération des démons et du pouvoir qu’ils ont sur leurs générateurs. C’est l’Arcane de la création des êtres artificiels et de l’esclavage dans lequel peut tomber le créateur vis-à-vis sa propre créature.

Pour pouvoir saisir cet Arcane, il faut se rendre d’abord compte du fait que le monde du Mal est constitué non seulement des entités des hiérarchies célestes (à l,exception des Séraphins) déchues, amis encore des entités d’origine non hiérarchiques, c’est-à-dire des entités qui ne doivent leur origine, ni à la Cause primaire, ni aux causes secondaires, mais bien aux causes tertiaires, celle de l’arbitraire abusif des créatures autonomes.

Le disciple doit comprendre que dieux et démons existent réellement pour ceux qui croient à leur existence et qu’ils possèdent le pouvoir de faire du bien ou du mal à ceux qui leur rendent un culte ou les redoutent.

Éliphas Lévi et les maîtres tibétains sont d’accord non seulement en ce qui concerne l’origine subjective et psychologique des démons, mais encore quant à leur existence objective. Engendrés subjectivement, ils deviennent des forces indépendantes de la subjectivité qui les avait engendrés. Les démons sont des créations magiques car la magie est l’objectivation de ce qui prend son origine dans la subjectivité.

Comme toute génération, celle des démons est le résultat du concours du principe mâle et femelle, c’est-à-dire dans le cas de la génération par la vie psychique d’un individu, de la volonté et de l’imagination. Un désir pervers au contraire à la nature, suivie de l’imagination correspondante constituent ensemble l’acte de la génération d’un démon. Dans le cas de la génération effectuée collectivement, le démon – qui se nomme alors égrégore – est le produit de la volonté et de l’imagination collectives.

Or il y a le Verbe et y a des égrégores devant lesquels s’inclinent l’humanité : la révélation de la vérité divine et la manifestation de la volonté humaine, le culte de Dieu et celui des idoles faites par la l’homme.

La quinzième Lame du Tarot contient un avis important pour tous ceux qui prennent la magie au sérieux : il leur enseigne l’Arcane magique de la génération des démons et du pouvoir que ces derniers ont sur ceux qui les ont engendrés.

Taisons-nous. Faisons taire notre volonté et notre imagination arbitraires et imposons leur la discipline du silence. Se Taire, c’est surtout le grand commandement magique de ne pas engendrer de démons par notre volonté et notre imagination arbitraires. Le silence de la volonté et de l’imagination arbitraires est un devoir. Or c’est toujours l’excès du à l’ivresse de la volonté et de l’imagination qui engendre les démons.

La Prudence – l’inspiration visant le soulagement du sort des pauvres et des opprimés et au rétablissement de la Justice sociale, peut se changer en ivresse du Diable, en ivresse du radicalisme, c’est-à-dire devenir la volonté et l’imagination fiévreuse désirant changer tout de fond en comble. C’est le rapport entre la XIVe Arcane et le XVe qui explique comment la religion de l’amour a pu donner lieu aux bûchers de l’Inquisition, la méthode scientifique peut se transformer en dogme matérialiste, etc. C’est le rapport entre l’inspiration et la contre-inspiration.

Apophtegmes 22. Il y a mouvements corporels : un premier de la nature; un deuxième de l’usage indiscret des nourritures; un troisième des démons.

L’échelle de la tentation correspond donc à celle de l’avancement spirituel : la tentation se spiritualise au fur et à mesure que l’homme devient plus spirituel.

In Judic. Origène attribut le ministère de la Prudence aux Anges Gardiens et il enseigne le principe de la libération des Anges par l’homme.

Cette solitude et cet esseulement sont la conséquence de ce que l’on a cessé de vivre comme un enfant et que l’on a atteint l’âge mûr spirituel, où l’on marche par soi-même devenant l’un des combattants de la milice de Dieu.

Ce progrès est accompagné de tentations de plus en plus subtiles. Les Tentations des vice et des fragilités de la chair sont donc suivies des assauts des démons artificiels, engendrés par d’autres ou collectivement; ceux-ci font ensuite place aux tentations plus subtiles dont les auteurs sont les entités hiérarchiques déchues. Enfin, au seuil du Tout, de Dieu lui-même, il y a la dernière tentation par le Rien : la nuit obscure spirituelle signifie à la fois l’union avec Dieu ou bien le désespoir du Rien, li nihilisme complet et suprême…

St-Jean-de-la-Croix – Les effets produits par les visions démoniaques engendrent l’aridité dans les rapports de l’âme avec Dieu, la porte s’estimer, lui suggèrent de faire quelque cas de ces visions : elles ne produisent pas la douceur de l’humilité et l’amour de Dieu. De plus, les objets de ces visions ne se gravent pas dans l’âme avec la clarté suave des autres. Loin d’avoir la durée, elles s’effacent promptement, excepté le cas où l’âme leur accorde une grande importance.

St-Jean-de-la-Croix – Voici les effets que les visions de Dieu produisent dans l’âme. Elles lui donnent la quiétude, la lumière, une joie qui lui semble le propre de l’état de gloire, la suavité, l’amour, l’humilité, l’attrait vers Dieu, l’élévation de l’esprit en Dieu; ces effets sont plus ou moins profond… La Montée du Carmel II-22.

L’Hermétisme n’est point exclusivité, mais profondeur. Donc tout ce qui est profond lui appartient. Ce n’est pas la légitimité initiatique qui constitue le fleuve de la tradition, mais bien le niveau et l’authenticité de la l’expérience spirituelle et la profondeur de la pensée qu’elle comporte.

Il n’existe pas de démons artificiels bons et on ne peut engendrer des égrégores positifs pour les raisons suivantes :

Pour engendrer une entité psychique ou astrale, il faut de l’énergie psychique et mentale, et celle que vous produisez à cet effet se coagule, s’enroule. Une forme ne se produit par rayonnement, elle se produit que par coagulation ou enroulement. Or le bien ne fait que rayonner, il ne s’enroule point. C’est toujours le mal qui s’enroule et se coagule.

Si donc il y a des égrégores des communautés initiatiques religieuses et autres, ils sont toujours négatifs. L’égrégore du catholicisme est son double parasite qui se manifeste comme fanatisme, cruauté, sagesse diplomatique et prétentions excessives. Mais en ce qui concerne les esprits positifs des communautés, ce ne sont jamais des égrégores, mais bien des entités hiérarchiques.

Les talismans s’opposent aux reliques. Les talismans sont des dépôts de l’énergie magique; ils sont soumis à la loi de la quantité. Les reliques par contre sont des fenêtres ouvertes sur le ciel; elles sont soumises à la loi de la qualité; plus elles sont capables de la dépenser. Elles sont inépuisables comme source d’énergie. Elles ne sont pas des dépôts ou des accumulateurs d’énergie, mais des générateurs ou des forces d’énergie.

Le bien ne combat pas le mal dans le sens d’une action destructrice. Il le combat par le seul fait de sa présence. De même que les Ténèbres reculent devant la Lumière, de même le Mal recule devant la présence du Bien.

La Lumière chasse les Ténèbres. Cette vérité simple est la clef pratique du problème du combat contre les démons. Le démon perçu , c’est-à-dire sur lequel le jour de la conscience est jeté, est déjà un démon rendu impuissant. Les démons artificiels, qui sont mis au jour, en leur résistant, ils se dissipent. Ils disparaissent. Il en va autrement des démons naturels, c’est-à-dire des entités hiérarchiques de la gauche.

Il n’est donc pas question de l’anéantissement du démon, mais du changement de son champ d’activité et du lieu – et peut-être du monde – de son existence.

Ce qui précède montre que la clarté et la droiture de la pensée et de l’attitude morale sont nécessaires et suffisantes pour fournir la lumière qui rend les démons impuissants. On a cependant besoin du repos, du temps où on est laissé en paix par démons, c’est-à-dire du temps de leur absence. Pour assurer ce temps, il faut recourir à la magie sacrée. On fera le signe de la croix en récitant les deux premiers versets du Psaume 68 : «Que Dieu se lève, que ses ennemis se dissipent, et, les démons fuient devant sa face. Comme la fumée se dissipe, tu les dissipes, comme la cire fond au feu, que les méchants disparaissent devant Dieu.»

Il n’est pas simple de se protéger contre les entités hiérarchiques de gauche, car elles sont pas des ennemis de Dieu. Elles doivent être convaincues qu’elles ont tort, c’est le seul moyen de les forcer à se retirer.

Il est un avertissement qui dit que nous avons bien la force génératrice des démons, mais que l’emploi de cette force rendra le générateur esclave de ce qu’il a engendré.

Le paganisme des initiés et des sages en tant que non dégénérés, n’avait rien à voir avec le culte des démons engendrés collectivement.

Le paganisme des poètes, le paganisme symbolique et mythologique, dans le mesure où il n’était pas une version symbolique de la sagesse et de la magie (théurgie) des mystères, était un humanisme universel.

En ce qui concerne la troisième forme du paganisme, le paganisme naturaliste, il était cosmolâtre, c’est-à-dire qu’il ne dépassait pas les limites de la nature, tout comme la science naturelle d’aujourd’hui. Il était donc neutre au point de vue du vrai monde spirituel et des démons. Il acceptait ces derniers comme un fait avec lequel il fallait s’arranger. Mais en s’inclinant devant la nature, il n’engendrait pas de démons, parce que cela aurait été contraire à la nature; la génération des démons présuppose en effet une volonté et une imagination perverses.

La quatrième forme du paganisme, est celle de l’adoration des démons collectivement engendrés, due à la dégénérescence du paganisme naturaliste. C’est cette forme de paganisme où les démons étaient engendrés, adorés et obéis, qui valut au paganisme de toute nature, la renommée injuste et calomnieuse de la religion démoniaque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s